Le TBI en maternelle

, par  Boyer Jean-Jacques , popularité : 50%

Sylvie Muller utilise un TBI en classe depuis plusieurs années : en cycle 3 et maintenant en grande section de maternelle. Elle nous fait part de son expérience avec cet outil.

La manipulation en maternelle du TBI s’avère un peu difficile surtout quand le vidéo projecteur n’est pas fixé au plafond mais elle s’avère toujours très motivante pour les élèves : il faut se tenir sur un banc, ne pas toucher le tableau, savoir gérer la luminosité, l’ombre... De plus, manipuler un objet directement sur le tableau n’est pas évident car il ne faut pas le lâcher : parfois, j’aide l’élève en manipulant l’objet avec la souris en même temps. Enfin, l’orientation du TBI (le réglage) est déjà un jeu et un apprentissage de la manipulation.

 Organisation de la classe

La gestion sans l’enseignant (en autonomie) du TBI n’est pas évidente en maternelle : en fin d’année en GS, je les laisse travailler le graphisme seul, mais il ne faut pas que le tableau bouge, ni qu’ils manipulent le projecteur. Je travaille souvent devant le TBI en demi-groupe classe afin que chacun voie bien et puisse intervenir.

 La place du TBI dans l’apprentissage

 
Bien souvent, ce qui est fait d’abord collectivement au tableau se retrouvera sur un travail individuel sur fiche (remettre les titres des livres, trier des formes,...) ou directement sur l’ordinateur (je remets les titres des livres, des mots ensemble...)

D’autre part, il faut aussi garder toute la manipulation « vraie », avec de vraies étiquettes-mots, de vraies formes, des vrais dés, savoir alterner les deux pour ne pas tomber dans un enseignement trop informel, intangible.
L’activité n’est pas très différente de ce qu’elle aurait pu être sur papier, mais elle est plus motivante pour certains enfants, et surtout elle fait jouer le collectif devant le tableau. (Tris divers, émission d’hypothèses...)
Ce qui me semble le plus important dans le côté interactif, ce n’est pas la manipulation par les élèves d’objets, mais la capacité du TBI à mettre en mémoire le travail fait : nous pouvons donc filmer des processus, comparer le travail de deux groupes...

 Pistes d’activité :

Usages traditionnels du vidéo-projecteur :

  • démonstration d’un logiciel et de ce que les enfants feront sur ordinateur ensuite tout seuls
  • montrer une fiche de travail, l’expliciter en collectif avant de la faire en individuel
  • lire un album de littérature scanné, un article de journal sur internet
  • faire des recherches sur internet
  • montrer le travail réalisé par les enfants sur l’ordinateur : dessins sur ArtRage, écriture à la palette graphique,
  • taper en direct ce que les enfants disent : prise de notes pour plus tard à mettre en mémoire, écriture collective
  • regarder les photos de la classe

Usages du TBI avec manipulation :

  • Graphisme :
    - travailler des gestes graphiques, notamment avec des polices cursives très agrandies- faire du dessin libre avec les feutres- écrire des mots et voir si l’ordinateur les reconnaît
  • Travail sur des textes :
    - surligner les mots qu’on connaît, des mots selon une consigne- garder le travail d’un groupe et le refaire avec un autre groupe, pouvoir comparer
  • travail sur les phrases : remettre en ordre des mots
  • Travail sur des livres :
    - couvertures de livres scannées : remettre les titres, le nom de l’auteur- associer des mots avec des images- remettre en ordre les personnages d’une histoire- remise en ordre de phrases dans une histoire
  • Lecture :
    - Déplacer des étiquettes mots, pour les mettre ensemble, faire des familles...- associer des mots à des étiquettes
  • travail de jeux en collectif : jeux de lettres (anagramme), le tableau à double entrée,...
  • Géométrie/Maths :
    - trier des formes géométriques- placer des formes sur leur support, tangrams, puzzles- répondre collectivement à un problème de manipulation : avec des pièces, avec des formes,
  • garder en mémoire un travail dans son avancée : filmer une écriture collective, afin de pouvoir mesurer le chemin accompli, de savoir comment on est arrivé à faire ce qu’on fait.
  • Travailler sur une image, un tableau :
    - dessiner sur le tableau, entourer ce que l’on voit, suivre des lignes (photos de Yann Arthus Bertrand libres de droit), - annoter une image, la légender, - travailler sur un plan, une carte, noter un chemin, - les photos faites en classe, en prendre des détails, les mettre dans la banque du TBI et s’en resservir pour des dessins (très difficile sans aide de l’enseignant)

Avec le logiciel du TBI, on peut fabriquer des exercices type QCM, ou tri de mots, d’images, qu’on peut aussi faire en collectif.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves